> > Utiliser les déchets de l’usine de dépollution pour produire du gaz

Utiliser les déchets de l’usine de dépollution pour produire du gaz

27/09/2019

Eau et assainissement

Une unité d’injection de biométhane va être construite sur le site de l’usine de dépollution de Grand Chambéry afin d’utiliser les déchets de l’usine de dépollution des eaux comme matière première pour produire du biométhane utilisé pour alimenter le gaz de ville ou des véhicules roulant au gaz naturel.

Suite à l’évolution de la réglementation relative à l’injection de biométhane, le service des eaux de Grand Chambéry a analysé l'opportunité de remplacer la cogénération permettant la production d'électricité par une unité de purification du biogaz.

Aujourd’hui, l’usine de dépollution des eaux de Chambéry utilise les boues d’épuration (Il s’agit des résidus du traitement des effluents liquides par des stations d’épuration. Ces boues sont constituées de matières organiques et de matières minérales) pour produire du biogaz via un procédé de méthanisation. Ce biogaz permet d’alimenter une unité de cogénération qui produit de l’électricité revendue à ERDF et de la chaleur utilisée sur le site.

Compte-tenu de l’évolution réglementaire, des coûts d’exploitation de la cogénération et des coûts d’entretien prévisionnel de la cogénération dans un avenir proche, Grand Chambéry a souhaité étudier l’opportunité que peut présenter l’injection de biométhane dans le réseau GRDF en lieu et place de l’installation de cogénération actuelle.

Ce changement représente pour la collectivité un investissement total de 3 millions d’euros, pour lequel le retour sur investissement est estimé entre 3 et 4 ans. Le gain financier est 2,5 à 3 fois supérieur à celui de l’installation de cogénération et permettra de financer des actions en faveur du développement durable.

La production de biométhane permettra d’alimenter 1000 foyers par ans en chauffage soit environ 2 500 habitants..

Ainsi, lors des travaux de travaux de modernisation de l'usine de dépollution, l’objectif sera d’intégrer le développement d'une filière de valorisation des boues d'épuration avec un nouveau processus de production de biométhane. Les boues issues des stations d’épuration de Grand Chambéry, voir d’autres collectivités, ainsi que les graisses de la station d’épuration et celles collectées sur le système d’assainissement, serviront de matière première pour produire du biogaz. Ce biogaz sera ensuite épuré pour être transformé en biométhane. Ce biométhane sera ensuite revendu à GRDF pour alimenter le gaz de ville ou faire rouler des véhicules au gaz naturel.

Cette évolution s’inscrit dans la trajectoire de la transition énergétique et de l’adaptation au changement climatique. La mise en service de cette production en biométhane permettra la réalisation de 3% des objectifs 2025 du Plan Climat.

L’investissement représente pour l’agglomération la somme de 3 millions d’euros, mais le gain financier sera trois fois supérieur à ce que représente aujourd’hui la production de biométhane. Cette nouvelle source d’énergie permettra d’alimenter 1 000 foyers par an en chauffage, soit environ 2 500 habitants.

Les travaux débuteront en novembre 2020 pour une mise en service en milieu d’année suivante.


Lexique :

  • Boues d’épurations : Les boues d'épurations sont des résidus du traitement des effluents liquides par des stations d’épuration. Ces boues sont constituées de matières organiques et de matières minérales.
  • Biogaz : Ce sont les matières organiques qui libèrent le biogaz lors de leur décomposition selon un processus de fermentation (méthanisation). On l’appelle aussi « gaz naturel renouvelable » ou encore “gaz de marais”, par opposition au gaz d’origine fossile. Mélange de méthane et de gaz carbonique additionné de quelques autres composants, le biogaz est un gaz combustible. Il sert à la production de chaleur, d’électricité ou de biocarburant. Le biogaz peut être directement capté dans les centres d’enfouissement des déchets ou produit dans des unités de méthanisation. Sous-produits de l’industrie agro-alimentaire, boues des stations d’épurations, lisiers, animaux ou déchets agricoles peuvent être méthanisés dans des unités industrielles.
  • Biométhane : Il s’agit du biogaz épuré qui peut alors être injecté dans le réseau de distribution.
  • Méthanisation : La méthanisation est une technologie basée sur la dégradation par des micro-organismes de la matière organique, en conditions contrôlées et en l’absence d’oxygène. La méthanisation des boues d’épuration permet de produire du biogaz.
  • Cogénération : La cogénération consiste à produire et à utiliser simultanément de l’électricité et de la chaleur à partir d’une même énergie primaire et au sein de la même installation.
  • BSR : Bassin de stockage et de restitution des eaux usées.

Newsletter

Pour tout savoir des actualités de l'agglo, abonnez-vous à la newsletter mensuelle de Grand Chambéry.