> > Aillons-Margériaz : en route vers un camp de base des pratiques de plein air toutes saisons

Aillons-Margériaz : en route vers un camp de base des pratiques de plein air toutes saisons

19/07/2018

Économie Grands projets Institution Loisirs Sport et loisirs

Votée lors du Conseil communautaire du jeudi 19 juillet, l’offre de reprise de Grand Chambéry de la station des Aillons-Margériaz s’articule autour d’un modèle toute saison et d’une offre hivernale repensée.

En effet, les indicateurs sociaux, économiques et touristiques sont sans appel et démontrent le déclin chronique du modèle monoproduit “tout ski“ depuis 10 ans. Une réalité de marché qui a eu un effet direct sur la station Aillons- Margériaz, installant une baisse de la fréquentation particulièrement accentuée ces trois dernières années.

Pourtant, le positionnement d’altitude moyenne de la station des Aillons-Margériaz est une véritable opportunité aux confins d’exceptionnels sites environnementaux naturels ou patrimoniaux dont les deux plus grands lacs de France qui bordent le massif.

Grand Chambéry s’engage sur 6 millions d’investissement afin de régénérer le modèle économique de la station et assurera la promotion de manière cohérente et complémentaire avec l’ensemble des stations des Bauges. Une première depuis la création de la station qui représente une seconde jeunesse pour cette station.

Le projet de Grand Chambéry s’articule autour de trois grands axes.

Axe 1 : la diversification touristique et des loisirs pour une modèle toute saison par des investissements ambitieux

À l’image de ce qui se fait partout dans les massifs internationaux et progressivement en France, l’ouverture vers une diversification des activités été/automne/hiver est au coeur des enjeux du domaine skiable, pour assurer sa pérennité. Il existe actuellement une offre estivale minimale à Aillons-Margériaz 1000 mais insuffisante pour conforter un véritable positionnement et une offre attractive. Quant à l’hiver, aucune autre réelle alternative au ski alpin n’est offerte.

La diversification s’articule sur la création de ces offres manquantes :

  • Un nouveau stade de glisse (toboggan / luge / tyroliennes) toutes saisons, sécurisant le ski d’apprentissage l’hiver.
  • La scénarisation d’un nouveau produit attractif, récréatif et ludique toutes saisons : « le village mountains des lutins ».
  • La requalification du centre station d’Aillons-Margériaz 1000 et du centre d’accueil en bâtiment totem emblématique dans une logique d’animation touristique et d’espace partagé pour la valorisation et la promotion des pratiques de loisirs, événementielles, artisanales et culturelles de la station.
  • La station Experiences Trail et Experiences Ski de randonnée.
  • Reprise technique de la cascade de tyroliennes pour la rendre plus attractive et fonctionnelle.
  • Développement de l’activité VTT et VTT électrique, activité en forte croissance.
  • Requalification de la piscine en espace d’apprentissage et aqualudique (projet communal).

Axe 2 : l'amélioration de l’offre hivernale

  • Le site d’Aillons-Margériaz 1000 devient un espace éducatif et ludique de glisse, et un espace d’apprentissage du ski de randonnée et du trail : une véritable offre de produit.

L’altitude plus basse d’Aillon 1000 ainsi que le manque de fréquentation de certaines remontées, pousse à requalifier l’offre vers une pratique plus éducative (ski débutant) et ludique, transférant les forces de skiabilité alpine vers Aillons-Margériaz 1400. La pratique de ski de randonnée, en développement et donc à fort potentiel, est valorisée par des aménagements mais aussi par l’offre “Experiences Trail“ se déclinant l’hiver en “Experiences Ski de randonnée“.

  • Démontage de 2 téléskis (dont 1 déjà à l’arrêt).
  • Reconditionnement et redéploiement du télésiège du Mont Pelat sur Aillons-Margériaz 1400 à l'horizon de 3 saisons, pour des raisons réglementaires.
  • Sécurisation potentielle en neige de culture de la partie basse du télésiège des Rochettes.
  • Création d’une piste verte (basculement en piste verte de la piste “la Sciaz“ reprofilée).
  • Création d’un espace glisse été/ hiver.
  • Création d’un lâcher intermédiaire au téléski du Combe aux biches pour développer l’offre d’apprentissage aux enfants.
  • Utilisation des pistes renaturées du secteur Mont Pelat pour développer un pôle d’apprentissage du ski de randonnée.
  • Mise en place de navettes régulières entre les sites sur l’ensemble de la saison hivernale, y compris en période scolaire.
  • Renforcement du positionnement ski d’apprentissage d’Aillons-Margériaz 1400

Aillons-Margeriaz 1400 propose, de par sa topographie naturelle, un terrain de jeu idéal destiné aussi bien aux skieurs confirmés qu’aux débutants. Le projet consiste à créer un secteur ludique en jouant sur les variations de pente tout en profitant de l’espace boisé.

  • Démontage du téléski de l’Alpage.
  • Redéploiement et rallongement du télésiège du Mont Pelat (venant d’Aillons Margeriaz 1000) venant se substituer aux 2 téléskis mais dont le point de départ pourrait se situer au niveau du parking inférieur.
  • Maintien des téléskis du Degottin, de la Bergerie et des Ambruniers venant conforter l’exploitation du Roc de Balme en cas de mauvais temps.

Axe 3 : évolution de la gouvernance des stations

Une nouvelle approche économique et marketing est à envisager sur un périmètre massif, et non plus station. Il est ainsi proposé d’installer une autorité organisatrice unique réunissant Grand Chambéry et Grand Lac autour d’un nouveau syndicat mixte pour la gestion des deux domaines des Aillons-Margériaz et Savoie Grand Revard.

Cette nouvelle gouvernance serait à même d’implanter et de promouvoir à l’échelle du massif le projet de renouvellement de l’offre touristique destiné à pérenniser et à régénérer le modèle économique.

Le syndicat mixte Savoie Grand Revard (SGR) serait transformé en syndicat mixte des stations des Bauges avec élargissement de périmètre d’action et compétences nouvelles pour intégrer la compétence domaine skiable et des loisirs toutes saisons des Aillons-Margériaz.

Ce syndicat mixte dit “à la carte“, permettra :

  • La mutualisation des fonctions supports (Direction, RH, finances…),
  • La mutualisation de promotion, permettant un positionnement global et clair du territoire des Bauges par l’exploitant unique et les intercommunalités,
  • Une gestion contrôlée par Grand Chambéry,
  • La représentation des élus des Aillons.

Un effort particulier sur la promotion

Un dispositif de communication sera déployé aussi bien au niveau du massif, toujours dans la logique de promotion d’une destination, que pour la station Aillons-Margériaz et ses offres commerciales propres.

Les résultats attendus

Confortation de l’activité hiver

Aujourd’hui le nombre de journées skieurs est de 150 000. Les objectifs attendus sont de 170 000 journées skieurs en cas de mauvaise saison et de 190 000 les bonnes années.

  • Moins d’attente aux remontées mécaniques.
  • Accès et stationnement mieux signalés, plus rapide.
  • Marche à pied limitée entre la zone de stationnement et le front de neige.
  • Augmentation du kilométrage des pistes de ski sur le secteur d’apprentissage.
  • Nouvelle offre de ski débutant à Aillons-Margériaz 1000 pour sécuriser le fonctionnement des classes découverte et ESF.

Augmentation du chiffre d’affaires “été“

La part des activités “été“ passera de 3% à 20% du chiffre d’affaires total. Le chiffre d’affaires “été“ dépassera à +4 ans celui de l’hiver sur le site d'Aillons Margeriaz 1000.

La projection financière des retombées économiques montre une progression des fondamentaux

tout en restant prudente face au contexte climatique :

  • Une hausse du chiffre d’affaires “été“ qui va peser 20% de l’activité sur le même périmètre de la station des Aillons-Margériaz en 2021/2022, contre 3% actuellement.
  • Un gain significatif de l’hiver par le renforcement du site d’Aillons-Margeriaz 1400 et une réduction des pertes d’Aillon 1000
  • Un excédent brut d’exploitation qui reste bon et maîtrisé intégrant les charges d’investissement
  • nécessaire pour la modernisation et adaptation des sites.
  • Une hausse faible des charges de personnels grâce aux redéploiements opérés.

Le modèle général devient équilibré.

  • Le modèle déficitaire depuis 8 ans, redeviendra durablement excédentaire à + 3 ans en intégrant les exigences d'investissement et de sécurité, ce que le modèle actuel ne permet pas.