Accueil > L'agglomération > L'histoire de l'intercommunalité

L'histoire de l'intercommunalité

Naissance de l'intercommunautalité

historique de l'intercommunautalité L'histoire de l'intercommunautalité

Newsletter

Pour tout savoir des actualités de Grand Chambéry, abonnez-vous à nos lettres d'information :

Captcha anti-spam
(Regénérer)

1957-1978 : la naissance de l'intercommunalité

En 1957, douze communes (Barberaz, Barby, Bassens, Bissy, Challes-les-Eaux, Chambéry, Chambéry-le-Vieux, Cognin, Jacob-Bellecombette, La Motte-Servolex, La Ravoire, Saint-Alban-Leysse) se regroupent et créent le Syndicat Intercommunal d'Assainissement et d'Urbanisme de la Région de Chambéry (SIAURC) pour traiter les problèmes d'assainissement, de traitement des déchets et de pollution du lac du Bourget auxquels ils font face dans l'agglomération chambérienne. Voglans adhère au SIAURC de 1961 à 1976, date à laquelle elle rejoint le syndicat intercommunal du lac du Bourget.

1978-1995 : adhésions de nouvelles communes, compétences clarifiées et élargies

En 1978,le SIAURC est dissout et le Syndicat Intercommunal de l'Agglomération Chambérienne (SIAC) le remplace. Ses compétences se multiplient, notamment avec les transports en commun, le stationnement des gens du voyage et la construction et l'exploitation d'ouvrages d'alimentation en eau. Durant les années 80 et au début des années 90, le SIAC acquiert de nouvelles compétences avec la gestion des équipements sportifs d'agglomération (piscine et patinoire de Buisson- Rond).

1995-2000 : premiers transferts de personnel et nouvelles compétences

Le 1er janvier 1995, le District Urbain de la Cluse de Chambéry (DUCC) se substitue au SIAC ; il regroupe 15 communes : Barberaz, Barby, Bassens, Challes-les-Eaux, Chambéry, Cognin, Jacob-Bellecombette, La Motte-Servolex, La Ravoire, Saint-Alban-Leysse, Saint-Baldoph, Saint-Jeoire Prieuré, Sonnaz, Vimines, Verel-Pragondran.

Au fil des années, le DUCC étend ses compétences notamment à la distribution de l'eau, au développement économique et à la politique de la ville.

2000 : création de la communauté d'agglomération

La réforme de la coopération intercommunale née de la loi du 12 juillet 1999, et une volonté politique des élus, transforment le DUCC en communauté d'agglomération par arrêté préfectoral du 28 décembre 1999. Elle prendra sa nouvelle dénomination, Chambéry métropole, le 4 février 2000. En 2002, Saint-Jean-d'Arvey rejoint la communauté d'agglomération et porte à 16 le nombre de communes adhérentes.

Le 1er janvier 2006, 8 communes rejoignent Chambéry métropole : Curienne, La Thuile, Thoiry, Puygros, Saint-Sulpice, Saint-Cassin, Montagnole et Les Déserts, portant à 24 le nombre de communes membres. En accueillant ces nouvelles communes, le territoire de Chambéry métropole passe de 13 967 à 26 307 hectares et sa population augmente de près de 4%.

2017 : Grand Chambéry

Depuis le 1er janvier 2017, Chambéry métropole et la communauté de communes Cœur des Bauges, ont fusionné pour former une seule et même communauté d'agglomération sous l'identité administrative Grand Chambéry.

Chambéry métropole Coeur des Bauges